CARTELS 2021

2021 est de nouveau une année exceptionnelle de par la crise sanitaire que nous subissons tous. Toutefois, malgré l’adversité, le Club Taurin Vicois a souhaité faire revivre les arènes Joseph FOURNIOL en 2021 pour défendre la tauromachie et préserver la tradition taurine de la ville de Vic-Fezensac.

Cette Feria 2021, décalée aux 10 et 11 juillet 2021, s’inscrit pleinement dans la tradition et la philosophie vicoise : Des toros toros pour les hommes qui souhaiteront les combattre. Ce n’est qu’en défendant ce qu’il est malheureusement coutume aujourd’hui d’appeler les encastes minoritaires et donc cette diversité, que la tauromachie pourra survivre et ne pas se transformer en un spectacle aseptisé.

Cette diversité nous l’aurions voulu plus importante encore, mais les contraintes que nous connaissons tous, nous ont obligé à faire des choix et à laisser aux campos des toros habitués de nos arènes. La réduction de la Feria à deux jours, nous a conduit à supprimer la corrida du lundi qui aurait dû sans doute revoir les PEDRAZA DE YELTES fouler le sable de nos arènes. De même, les contraintes sanitaires et règlementaires espagnoles, durant l’hiver, nous ont privé de faire une boucle en Andalousie et ne nous ont pas permis de nous rendre dans des ganaderías emblématiques de Vic telles que CEBADA GAGO, DOLORES AGUIRRE ou encore ISAÍAS ET TULIO VÁZQUEZ, pourtant envisagées pour 2021. Nous sommes conscients des moments difficiles qu’ils traversent et nous ne les oublions pas.

Ces différentes contraintes nous ont donc obligé à nous recentrer sur les régions de Madrid, Salamanque, de l’Estrémadure et Valladolid pour concocter une Feria vicoise dans tous les sens du terme…

Côté toreros, notre idée est toujours la même : choisir des toreros lidiadors, habitués de ces ganaderías dites dures et qui ont les capacités nécessaires pour mettre, avant tout, le toro en valeur. Ils flirtent rarement avec les sommets de l’escalafón, mais ils ont les qualités requises pour triompher dans nos arènes et ils l’ont montré pour certains à plusieurs reprises. De plus, ils acceptent de toréer les toros que nous avons choisi et ne nous imposent pas leurs collègues de cartels. C’est aussi en cela que la Feria « Toros en Vic », fait figure d’exception !!

SAMEDI 10 JUILLET à 11 H – NOVILLADA DE “RASO DE PORTILLO”

 

GANADERÍA : “ RASO DE PORTILLO ”

• Devise : Rouge et grenat
• Signe : “Zarcillo” à l’oreille droite et “media luna” à l’oreille gauche
• Ancienneté : pas d’ancienneté à Madrid (plus ancienne ganadería d’Espagne)
• Finca : “ Raso de Portillo ” – Boecillo (Valladolid)
• Mayoral : Rafael Agudo Agudo “Titi”
• Sang : Parladé – Santa Coloma (Dionisio Rodríguez et coquilla)
• 3ème participation à Vic (2017 novillada – 1ère corrida en France et en arène de 1ère catégorie 2018)

 

C’est la ganadería la plus ancienne d’Espagne. Elle se situe aux alentours de Valladolid, avec une origine assez difficile à définir mêlant une branche de Santa Coloma via Dionisio Rodríguez, Buendía et d’un vieil encaste navarrais.
Cette ganadería est loin d’être inconnue en France, la première novillada ayant été lidiée à Parentis en 2007. Il ne faut pas chercher les Raso de Portillo dans les grandes Ferias où en général les toreros refusent d’affronter ces toros braves et très encastés.
2021 marquera leur troisième participation à Vic.
En 2017 deux novillos avaient été lidiés lors de la novillada du samedi matin (interrompue par la pluie), dont un s’était révélé excellent, toréé par Miguel Ángel PACHECO. En 2018, la ganadería a lidiée une corrida très vicoise encastée et exigeante.

En 2019, Raso de Portillo a connu de bons résultats notamment avec un très bon novillo à Parentis et une novillada de haut niveau lidiée dans les arènes de Pedrajas de San Esteban, où un novillo a reçu les honneurs de la vuelta et un autre a été indulté.
La ganadería était à l’affiche de la Feria 2020 avec une novillada sérieuse en présentation. Le lot de cette année est d’une présentation supérieure avec des novillos très astifinos.

Carlos ARANDA,

Né le 16 septembre 1995 à Daimiel (Cuidad Real)
Début avec picadors le 30 mai 2014.
Premier Paseo à Vic (chef de lidia)
Temporada 2019 : 22 novilladas, 22 oreilles, 1 queue

En 2019, il coupe une oreille lors de sa présentation à las Ventas à un novillo de La Guadamilla et fait également une vuelta lors d’une novillada de Jandilla également à Las Ventas. En ce début de temporada 2021, il coupe deux oreilles à une novillo Daniel Ramos à Ossa de Montiel (Albacete).

José CABRERA,

Né le 17 janvier 1993 à Almería
Début avec picadors le 25 avril 2015.
Premier Paseo à Vic
Temporada 2019 : 9 novilladas, 7 oreilles, 1 queue
Temporada 2020 : 2 novilladas, 2 oreilles

C’est un novillero que l’on a notamment pu voir en 2019 à Parentis face à un novillo très encasté de los Maños auquel il réalisa une bonne faena et où il perdit l’oreille à cause de l’épée. Il est habitué aux ganaderías dures. Il fait partie des rares novilleros qui ont eu l’occasion de toréer en 2020 notamment à Beaucaire devant les Conde de la Corte et les Dolores Aguirre.

Isaac FONSECA,

Né le 22 mai 1998 à Morelia (Mexique)
Début avec picadors le 13 aout 2019.
Premier Paseo à Vic
Temporada 2019 : 12 novilladas, 18 oreilles

C’est un jeune novillero d’origine mexicaine, élève de l’école taurine de de Colmenar Viejo. Il est le vainqueur 2018 du Certamen Camino hacia Las Ventas. Il a commencé en novillada piquée en août 2019 et est loin d’être passé inaperçu en triomphant à Gijón (2 oreilles devant des novillos de Zacarias Moreno), Colmenar Viejo (2 oreilles à des novillos de Flor de Jara), Arganda del Rey (2 oreilles à un novillo de Victorino) ou encore Cenicientos (1 oreille à un novillo de La Quinta).

SAMEDI 10 JUILLET à 18 H – CORRIDA CONCOURS

19ème édition (1972 – 1985 – 2002 – 2003 – 2004 – 2005 – 2006 – 2007- 2008 – 2009- 2010 (2) – 2011 (2) – 2016 – 2017 – 2018 – 2019)

C’est l’un des moments les plus attendus de la Feria, voire le plus attendu et pourtant l’un des plus rares de la temporada franco-espagnole. C’est en effet le moment où l’on peut saisir les différences entre les encastes présents au niveau de la morphologie et du comportement du toro, mais aussi à l’intérieur d’un même encaste.

TORO de “Don Juan Luis FRAILE y MARTÍN”

• Devise : Bleu celeste et Caña
• Signe : “Horca” à chaque oreille
• Ancienneté : 17 février 1895
• Finca : “Cojos de Robliza” – Robliza de Cojos (Salamanca)
• Mayoral : Bienvenido García
• Sang : Conde de Santa Coloma – D. Graciliano Pérez-Tabernero
• 9ème participation à la Feria de VIC – 1979, 1980, 1996, 1997, 2002, 2004, 2005, 2007 (Ccrs)

 

Ganadería emblématique du Campo Charro, le Fraile est un toro d’origine Graciliano. Il s’agit généralement d’un toro long, negro, avec beaucoup de tamaño, sérieusement présenté avec des cornes astifinas. C’est un toro qui est agressif et exigeant tout au long de la lidia. C’est une ganadería habituée des arènes vicoises où elle signera cette année sa 9ème participation. Un toro de cette même ganadería aurait dû participer à la concours en 2018, mais malheureusement tué au campo par ses congénères, il avait été remplacé par un toro de San Martín.

TORO de “BARCIAL”

• Devise : Blanc et noir
• Signe : “Punta de espada” à droite et “Hendido” à gauche
• Ancienneté : 6 Juillet 1924
• Finca : “La Torre” – San Pedro de Rozados (Salamanca)
• Mayoral : Belisario Baz
• Sang :  Cobaleda (Vega-Villar) – Santa Coloma
• 16ème participation à la Feria de VIC – 1982, 1992, 1993, 1994, 1995, 1996, 1997 (N), 1998, 1999, 2000, 2001, 2002 (N) et (Ccrs), 2003 (N), 2007, 2014 (N)

 

Vic et Barcial… une longue histoire d’amour !! Les fameux « patas blancas ».
Parmi les aficionados vicois, qui n’a pas un souvenir d’une course de Barcial et notamment de ce N° 43 du doux nom de « CORNICORTO » lidié le 30 mai 1993 par Gilles RAOUX qui pris 3 piques en s’élançant du centre de la piste, venant mourir en brave au centre du ruedo. Vuelta al ruedo, vuelta du mayoral Adolfo ALBA SÁNCHEZ en compagnie de Gilles RAOUX et du picador Michel BOUIX.
D’origine Vega Villar, le Barcial est un toro bas, très musclé et armé avec des cormes longues et astifinas. C’est un toro qui est généralement spectaculaire au tercio de varas et qui demande une lidia exigeante par la suite dans la mesure où il a tendance à raccourcir sa charge.

TORO : “ PEÑAJARA DE CASTA JIJONA ”

• Devise : Bleu foncé et jaune
• Signe : “Orejisana” à chaque oreille
• Ancienneté : 1er mai 1984
• Finca : “Torvicioso” Peraleda de La Mata (Cáceres)
• Mayoral : Francisco Quevedo
• Sang : Contreras (Baltasar Ibán Váldes)
• 1 ère participation à la Feria de VIC

 

C’est la nouveauté de la Feria 2021.
C’est une ganadería qui vient rarement en France (un toro en 2019 à Céret en tant que sobrero). Selon le ganadero actuel Antonio RUBIO 80 % du sang de cette ganadería vient de la Casta Jijona. Lorsque l’on visite la ganadería l’aficionado à los toros ne peut être que conquis. Il y a des toros partout avec une multitude de robes allant du negro, au colorado et au sardo… Le toro titulaire est un toro sardo aux yeux en étoiles de 5 ans avec le N° 54.

TORO : “ YONNET ”

• Devise : Vert et blanc
• Signe : Eperon supérieur à chaque oreille
• Ancienneté : 4 août 1991
• Finca : “La Belugue” Salin de Giraud
• Mayoral : Olivier Faure
• Sang : Pinto Barreiros
• 7ème participation à la Feria de VIC – 1984, 2002 (N), 2003, 2004 (N Ccrs), 2010 (Ccrs), 2018 (Ccrs)

 

C’est la plus ancienne ganadería française et première à avoir acquis l’ancienneté à Madrid en lidiant un lot complet à Las Ventas en 1991. Les toros de Yonnet d’origine Pinto Barreiros, rafraîchis à plusieurs reprises par des apports de Domecq, sont synonymes de caste et de bravoure. Ils laissent rarement insensible l’aficionado. Si une seule corrida a été lidiée dans les arènes de Vic en 1984, les Yonnet sont habitués des novilladas et corridas concours vicoises. 2021 marquera leur 7ème participation à la Feria.

TORO : “ SAN MARTIN ”

• Devise : Violet et Vert
• Signe : “Orejisana” à chaque oreille
• Ancienneté : 19 Mai 1999
• Finca : “La Zarzuela” Calzadilla (Cáceres)
• Mayoral : D. Esteban Pérez García
• Sang : Conde de Santa Coloma y Marqués de Saltillo, Ibarra, (Hernandez Plá, Graciliano Pérez-Tabernero, Buendia)
• 7ème participation à la Feria de VIC – 2000, 2001, 2002 (C. et Ccrs), 2003, 2004 (Ccrs), 2018 (Ccrs)

 

C’est d’abord l’histoire à la fois un peu folle et romantique de Pepe CHAFIK, ganadero passionné, qui avait souhaité reconstituer l’élevage du Conde de Santa Coloma avec ses différentes composantes : Buendía, Graciliano, Coquilla, Saltillo et Vega Villar. Cette ganadería a connu de nombreux succès dans nos arènes en remportant à deux reprises le prix Paul Clarac du meilleur toro de la Feria en 2000 avec « ORUJO » lidié par Juan Carlos GARCIA et en 2001 avec « ESPAÑOL » lidié par EL ZOTOLUCO. Depuis la ganadería a été rachetée par les frères HORNOS avec les fers de HERNANDEZ PLÁ et PEREZ DE LA CONCHA. Le toro titulaire marqué du N° 29, est d’une présentation exceptionnelle et il marquera la 7ème participation de ce fer à Vic.

 

TORO : “ LOS MAÑOS ”

• Devise : Vert et jaune
• Signe : “Pendiente” à chaque oreille
• Ancienneté : 24 août 2018 (appartenance à l’Asociación de Ganaderías de Lidia)
• Finca : “Vistahermosa”, Luesia (Zaragoza)
• Mayoral : José María Gallego Ros
• Sang : Santa Coloma (Pablo Mayoral Benito) – Don Joaquín Buendía Peña (Bucaré)
• 5ème participation à la Feria de VIC (2016 et 2017 corrida concours – 2018 desafío / crcs -2019)

 

C’est maintenant un habitué de la corrida concours. Il a remporté le concours à deux reprises en 2016 N°34 “SALTACANCELAS” lidié en 6ème par Javier CORTÉS et 2017 N°33 “JARDINERO” lidié en 6ème par “MICHELITO”. C’est une ganadería Santa Coloma par Pablo Mayoral avec également un apport de Buendía. Il s’agit généralement d’un toro assez rude, résistant, mobile et très exigeant. Il est brave et spectaculaire au cheval.

Manuel Jesús PÉREZ MOTA

Né le 5 juin 1984 à El Bosque (Cádiz)
Alternative : 23/07/2007 à Santander
Troisième Paseo à Vic (sera chef de lidia)
Temporada 2019 : /

Torero connu du Sud-ouest et des arènes de Vic, il avait coupé deux oreilles à un Cebada Gago en 2014. Il a ensuite connu ces dernières années un passage à vide mais c’est aussi le rôle d’une arène comme celle de Vic de savoir se souvenir et de tendre la main pour donner l’opportunité à un torero de se relancer. Bien entendu un tel choix ne se fait pas à l’aveugle. Manuel Jesús s’entraîne et tiente très régulièrement avec Daniel Luque dans des ganaderías comme Raso de Portillo ou encore Barcial. Nous avons également eu l’occasion de le voir en 2020 combattre avec talent un toro de Camino de Santiago. C’est l’idée du Gagnant – Gagnant : pour lui l’occasion de prouver qu’il est capable et pour nous, celui d’avoir gagné notre pari. Il affrontera les toros de Fraile et de Yonnet.

Sergio SERRANO

Né le 15 mai 1985 à Albacete
Alternative : 13/09/2009 à Albacete
Premier Paseo à Vic
Temporada 2019 : 2 corridas
Temporada 2020 : 2 corridas, 5 oreilles, 1 queue

Torero peu connu du grand public, Sergio Serrano est un habitué des ganaderías dites dures. Il s’était fait remarquer en 2019 lors d’un desafío ganadero aux arènes de Las Ventas en effectuant la seule et unique vuelta al ruedo de la tarde au terme de son combat face au deuxième exemplaire de Saltillo. Durant la temporada 2020, il a connu une grande tarde dans les arènes de Manzanares en coupant deux oreilles et deux oreilles et la queue aux toros de Las Monjas. Il aura face à lui les toros de Barcial et de San Martín.

Adrien SALENC

Né le 10 janvier 1997 à Nîmes
Alternative : 14/06/2019 à Istres
Premier Paseo à Vic
Temporada 2019 : 5 corridas, 4 oreilles

Il devait faire sa présentation dans nos arènes en 2020, ce sera chose faite cette année. C’est un jeune torero puisqu’il a pris son alternative seulement en 2019 à Istres, mais il a su démontrer lors de ses prestations une envie de bien faire. Sa place dans la corrida concours n’est pas non plus un hasard. Adrien a en effet affronté à plusieurs reprises, à Bayonne, les novillos de Los Maños et il a coupé deux oreilles à un toro de Los Maños en 2018 lors de la Feria de l’Atlantique. Il combattra le Peñajara et le Los Maños.

DIMANCHE 11 JUILLET à 11 H – CORRIDA DE “HOYO DE LA GITANA”

GANADERÍA : “ HOYO DE LA GITANA”

• Devise : Vert et Blanc
• Signe : “Rabisaco” à chaque oreille
• Ancienneté : pas d’ancienneté à Madrid –  Création 1998
• Finca : “Galleguillos” Vecinos (Salamanca)
• Mayoral : Luis Miguel Gómez
• Sang : Conde de Santa Coloma – D. Joaquín Buendía Peña y Conde de Santa Coloma – D.Graciliano Pérez-Tabernero
• 7ème participation à la Feria de VIC – 2002, 2003, 2004, 2005 (Ccrs), 2006, 2016 (Ccrs)

 

Hoyo de la Gitana, ganadería salmantine, n’est autre que l’héritage du « célebre ganadero de las patillas », Alipio PÉREZ-TABERNERO, et de son fils Ignacio, d’encaste Graciliano avec l’apport d’un semental de Buendía.
La ganadería est aujourd’hui gérée par Ignacio, Fernando et Joaquín PÉREZ-TABERNERO SILOS qui poursuivent la même passion que leurs ancêtres.
Les toros sont généralement de présentations sérieuses, quelque peu trapus, avec de longs cous et des cornes développées. C’est un animal fort de caractère avec beaucoup de personnalité qui se manifeste dès sa sortie dans le ruedo. Ils font preuve d’une bravoure encastée. La rapidité et la fixité font partie de leurs caractéristiques classiques.

Quelle ne fût pas la surprise de commission taurine lorsqu’elle se rendit cette année dans cette ganadería. Initialement envisagée pour un toro pour la concours, les ganaderos ont montré quatorze toros d’une rare présentation. Devant de telles estampes, il n’était pas possible de rester insensible et de ne pas déjà se prendre à rêver de voir sortir ces toros dans le ruedo vicois.
Les pupilles de Hoyo de la Gitana signeront cette année leur 7ème participation à la Feria.

Domingo LÓPEZ CHAVES.

Né le 1er août 1977 à Salamanca
Alternative : 20/05/1996 à Madrid
Onzième Paseo à Vic (sera chef de lidia)
Temporada 2019 : 13 corridas, 6 oreilles, 1 queue

C’est un habitué de l’arène de Vic et notamment de la concours. Ces qualités de lidiador et sa technique permettent de mettre en valeur le toro. Il suffit de se remémorer, pour s’en convaincre, ses combats devant le toro de La Quinta en 2019 et le toro de Miura en 2018. Cette année nous avons fait le choix de lui proposer la corrida de Hoyo de la Gitana. Cette proposition n’est pas innocente car Domingo est le « torero de la maison ». Il connaît parfaitement ces toros d’origine Graciliano en participant à toutes les tientas de la ganadería.

Manuel ESCRIBANO

Né le 21 août 1984 à Gerena (Sevilla)
Alternative : 19/06/2004 à Aranjuez (Madrid)
Septième Paseo à Vic
Temporada 2019 : 26 corridas, 41 oreilles, 3 queues
Temporada 2020 : 5 corridas, 8 oreilles

C’est un habitué des ganaderías difficiles et de notre ruedo. Il a fait une bonne temporada 2019 en coupant notamment une oreille à un Miura à Bilbao et même en indultant un toro à Utrera. Durant la temporada 2020, si particulière, il a fait partie des toreros qui ont le plus toréé en se classant 9ème de l’escalafón

Miguel Ángel PACHECO

Né le 5 novembre 1997 à Línea de la Concepción (Cádiz)
Alternative : 20/07/2018 Línea de la Concepción (Cádiz)
Cinquième Paseo à Vic
Temporada 2019 : 9 corridas, 11 oreilles

Miguel Ángel Pacheco est en passe de devenir un torero de Vic. Il avait fait sa présentation en 2017 devant une novillada de Raso de Portillo et il s’était imposé comme la révélation de la feria 2019, suite à un combat héroïque face au dernier Dolores du dimanche après-midi. Sa prestation lui avait permis d’intégrer le cartel du lendemain, en remplacement de Roman blessé, où il avait été honorable mais malheureux à l’acier devant les Pedraza.

DIMANCHE 11 JUILLET à 18 H – CORRIDA DE “ Don José ESCOLAR GIL ”

GANADERÍA : “ Don José ESCOLAR GIL ”

• Devise : Blanc et rouge
• Signe : “Horquilla” à chaque oreille
• Ancienneté : 24 mars 1985
• Finca : “Monte Valdetiétar” – Lanzahita (Ávila)
• Mayoral : Ángel Hermoso Iglesia
• Sang : Marqués de Albaserrada – Saltillo
• 9ème participation à la Feria de VIC (1983 – 2003 – 2004 – 2008 – 2009 – 2009 (Ccrs) – 2010 – 2012 – 2015)

 

Escolar GIL aurait dû signer en 2020 son retour après 3 ans d’absence en France et 5 ans à Vic. La crise aidant sa 9ème participation à la Feria se fera cette année et si le ganadero avait manifesté son envie de revenir en France mais surtout à Vic l’an dernier, sa motivation est toujours aussi forte voire plus importante. Il enverra à Vic un corridon de 5 ans avec des toros qui étaient déjà prévus l’an passé ainsi que des toros pour Madrid et Pampelune.

Il était venu pour la première fois dans nos arènes en 1983. Il s’agissait de la première sortie d’un lot de cette ganadería en corrida en France et en Espagne. N’ayant pu fournir 6 toros, le lot avait été complété par un toro de Manuel ALVAREZ. On retrouvait au cartel Francisco RUIZ MIGUEL (vuelta et oreille) MORENITO DE MARACAY (oreille et oreille) et Pepe Luis VARGAS (silence et silence).

Il s’agit de l’une des trois seules ganaderías à posséder du pur Albasserada avec Victorino et Adolfo MARTÍN. On retrouve cet encaste au niveau de la présentation avec des robes cárdenos, des têtes triangulaires et avec des cornes astifinas et orientées vers le haut. Il s’agit d’un toro qui est généralement très encasté, puissant et qui apprend vite, au risque de rendre le combat difficile en cherchant souvent les chevilles. Parfois, il fait preuve également de genio et de sentido ce qui n’est pas fait pour plaire à tous les toreros. Il faut donc être lidiador et avoir de la technique pour combattre ces toros.
La ganadería de Don José ESCOLAR GIL s’inscrit totalement dans la philosophie de l’arène de Vic de par la présentation et le comportement de ses toros. Le torero EL FUNDI, gendre du ganadero, nous a confié qu’il s’agissait de l’une des corridas les plus homogènes qui était sotie de Lanzahita, une corrida digne de Madrid !

Octavio CHACÓN

Né le 3 juin 1984 à Prado del Rey (Cádiz)
Alternative : 28/02/2004 à El Puerto de Santa María (Cádiz)
Quatrième Paseo à Vic (sera chef de lidia)
Temporada 2019 : 31 corridas, 30 oreilles, 1 queue
Temporada 2020 : 2 corridas, 2 oreilles

C’est un véritable lidiador qui a le mérite de savoir montrer les toros, notamment avec les mises en suerte lors du tercio de varas et c’est également un technicien qui est capable de résoudre les problèmes durant la lidia. Il se bat jusqu’au bout.

Alberto LAMELAS

Né le 3 octobre 1984 à Cortijos Nuevos (Jaén)
Alternative : 08/05/2009 à Valdemoro (Madrid)
Septième Paseo à Vic
Temporada 2019 : 9 corridas 13 oreilles
Temporada 2020 : 1 corrida, 2 oreilles

On ne le présente plus depuis ce combat héroïque qu’il a mené face à Cantinillo, toro de Dolores Aguirre, en 2014.
Vic…, nous avons eu l’occasion de l’entendre plus d’une fois, c’est son arène talisman !! C’est un torero que l’on sait combattant, mais qui a su également démontrer une autre facette, lors de la concours 2019, devant le toro de Partido de Resina, avec plus de calme dans la lidia et une technique certaine. Il a bien commencé la temporada 2021 en coupant une oreille à un Victorino à Jaén

GÓMEZ DEL PILAR

Né le 10 octobre 1988 à Madrid
Alternative : 27/08/2013 à Añover de Tajo (Toledo)
Deuxième Paseo à Vic
Temporada 2019 : 20 corridas, 29 oreilles, 1 queue
Temporada 2020 : 6 corridas, 11 oreilles

C’est un des toreros qui s’est imposé ces dernières années comme un spécialiste des corridas dures. C’est un vrai lidiador. Il a eu l’occasion de le prouver à plusieurs reprises en 2019 : devant la corrida de Dolores Aguirre et encore plus devant un lot très dur de Saltillo à Céret. C’est un torero de qualité et doté d’une grande technique. Il fait partie des toreros qui ont le plus toréé en 2020 et qui a connu de beaux succès.

Actualités & événements

AFFICHE 2021

AFFICHE 2021

Commentaire de l'affiche par l'artiste Une affiche n’est pas un tableau, une affiche n’est pas une illustration, une affiche est un signal. On doit y reconnaître sans se poser de questions ce dont il s’agit. Pour Vic, il s’agissait de mettre l’accent sur le toro et...

GANADERÍAS 2021

GANADERÍAS 2021

SAMEDI 10 JUILLET à 11 H - NOVILLADA DE "RASO DE PORTILLO"  GANADERÍA : “ RASO DE PORTILLO ” • Devise : Rouge et grenat • Signe : “Zarcillo” à l’oreille droite et “media luna” à l’oreille gauche • Ancienneté : pas d’ancienneté à Madrid (plus ancienne ganadería...